Le Phénomène Mondial de Carolina Marín


EL PAIS passe une semaine en Indonésie auprès de la championne olympique, la seule européenne dans le “top 10” mondial, admirée par le public et par ses rivales et qui fait maintenant face à une grave blessure.

Carolina Marín prend des photos avec un groupe de fans à l’extérieur du pavillon à Senayan, Jakarta, après une partie de maîtres. (elpais.com)

Carolina Marín prend des photos avec un groupe de fans à l’extérieur du pavillon à Senayan, Jakarta, après une partie de maîtres.

“Berapa lama ke Istora? [Combien de temps pour arriver à Istora?] “, Demande Carolina Marín au chauffeur de taxi, nerveuse. Il est six heures de l’après-midi le lundi 21 janvier à Jakarta et à sept heures, elle dispose d’un des pavillons réservés à son premier entraînement avant le tournoi. “Je vais mourir, on ne va être en retard! Les choses que je ne contrôle pas et qui ne dépendent pas de moi me rendent très nerveuse “, s’exclame-t-elle. Cette phrase semble prémonitoire … Deux jours plus tard, lors du premier match du tournoi, le pneu du taxi qui la conduit au pavillon crève. Nulle part pour s’arrêter et le changer; le taxi tient bon 1,5 km avec le pneu crevé. De l’hôtel Gran Meliá, où réside la championne olympique, jusqu’au stade Istora, il y a cinq kilomètres et demi. Mais le trafic sans fin de la capitale indonésienne transforme tout voyage en véritable odyssée. Pour aller n’importe où, même à moins de cinq kms, il vaut mieux compter 1h ou 1h30 de trajet. Être piéton est un sport risqué ici. Il n’y a pas de trottoirs, les égouts ouverts tous les trois mètres remplissent les accotements d’eau et de boue. Trouver un passage pour piétons, c’est comme de chercher une aiguille dans une botte de foin. Les voitures et les motos occupent les voies au maximum et sans lois apparentes; par conséquent, si vous voulez vous en sortir, il faut se lancer. C’est un peu la jungle.

“Vous devez faire demi-tour et tourner à gauche, ce n’est pas ici!”, indique encore Caroline en indonésien au chauffeur. Où avez-vous appris l’indonésien ? “Toute seule mais j’ai beaucoup perdu parce que les joueuses avec qui je parlais sur WhatsApp se sont retirées du circuit”, répond-elle. Elle est hors d’Espagne depuis début décembre. D’abord la Chine (où elle voyage pour signer un contrat de sponsoring avec Bi Yuan, une société de holding), puis l’Inde et la Malaisie. Elle a passé les fêtes de fin d’années en Inde dans la “ Premier Badminton League ”, une compétition au cours de laquelle les meilleures équipes organisent une vente aux enchères pour signer les meilleurs joueurs. “Un appel vidéo avec mes parents le 25 décembre et voilà …”, dit-elle. Il lui reste six jours en Indonésie avant de terminer sa tournée et de revenir à Madrid. Elle ne pensait pas qu’elle le ferait avec des béquilles et le ligament croisé antérieur rompu. Un faux geste en finale l’a laissée hors de combat et la gardera sept mois loin des terrains dont elle ne peut se passer.

“J’ai la tête d’une asiatique”, plaisante Carolina ce lundi 21 janvier. En Asie, et en particulier en Indonésie et en Inde, Caroline est un phénomène de masse (53% de ses abonnés sur Facebook sont indiens et 18% sur Instagram, sont indonésiens). “Ici, le badminton est ce que le football, le basketball ou le tennis sont en Espagne. Et ça se ressent, bien sûr. L’Indonésie est le pays où j’aime le plus jouer parce qu’ils vivent ce sport avec un enthousiasme incroyable. Vous allez halluciner cette semaine (avertie t’elle la journaliste)! Normalement, dans un match, vous ne commencez pas à jouer tant que tout le monde ne se tait pas, mais ici, c’est quand le bruit bat son plein, que vous commencez à jouer. Ça donne la chair de poule, c’est incroyable” explique-t-elle. Et, en effet, le bruit est assourdissant dans les gradins.

Les cernes indiquent sa fatigue. Elle est arrivée la nuit passée à minuit de Malaisie et à 11 heures, elle est déjà dans le gymnase de l’hôtel. Les nerfs qui lâchent dans le taxi, car ils ne sont pas arrivés à Istora à temps, sont justifiés. Elle a le terrain réservé pour elle seule pour une heure; Le premier contact avant le tournoi est essentiel. “À cause de l’humidité et de la chaleur, sur les terrains en Asie, l’air monte, ce qui affecte le volant. Il pèse si peu [moins de 5 grammes] qu’il en faut peu pour affecter sa direction. C’est pourquoi mon jeu change dans ce type de matchs; la première prise de contact avec le volant nous permet de bien contrôler le match “, explique-t-elle.

Selfies et Ovations

À Jakarta, ils l’idolâtre. “Marín, Marín!” crient les fans à la sortie des terrains tout en l’entourant pour lui demander des selfies. Et c’est comme ça tous les jours et après chaque match. A l’intérieur, c’est une ovation chaque fois que l’on annonce qu’elle rentre sur le terrain. “S’il vous plaît, s’il vous plaît, je suis enceinte ” crie une femme, qui n’arrivent pas à se rendre au-devant des barrières, pour attirer l’attention de Carolina et prendre une photo. Dans le pavillon, il y a un espace de prière. Ceux qui ne font pas la queue pour des autographes la font pour la prière. “J’ai écrit mon nom de famille sur mon maillot et sur mon survêtement, c’est pour ça qu’ils crient “ Marín ” et pas “ Carolina ”, explique l’Espagnole. À Jakarta, elle a sa plus grande fan – tous la connaissent ; c’est Adhe et elle a 39 ans. Elle a rencontré Carolina à ses débuts via Facebook. Elle l’a sauvegardé son contact dans son mobile sous le nom de “Ma petite soeur Caro” avec une photo des deux ensembles en fond d’écran. Elle est la seule à qui Carolina permet d’accéder à la zone réservée aux joueurs. Elle ne loupe aucun de ses matchs. “Elle va même jusqu’à parler à ma mère  en Espagne…” dit Marín.

En Indonésie, le badminton est un sport national. Le pays compte 250 millions d’habitants et un nombre incalculable de licences. Sur les 30 médailles olympiques du pays, 19 ont été remportées au badminton. Les premières médailles d’or attribuées aux débuts de ce sport aux Jeux olympiques (Barcelone 92) ont été remportées par deux Indonésiens: Susi Susanti et Alan Budikusuma. “Le système des clubs est la clé pour identifier les phénomènes dans un pays comptant autant d’habitants. Les meilleurs clubs sont très compétitifs, bien financés et toujours à la recherche de nouveaux talents “, explique Christian Hadinata, directeur de l’association indonésienne de badminton, et joueur historique de double. Il existe deux types de clubs : ceux qui préparent les athlètes à l’excellence; et ceux qui se consacrent à la formation et à la promotion du badminton.

En Espagne, selon les dernières données disponibles, il existe 7 789 licences. Il n’y a pas de système de club qui aide les joueurs à émerger. Ni un système de concurrence qui permette la compétitivité. Marín s’entraîne avec des garçons. “Pour se mesurer aux meilleurs, Carolina a dû voyager. Dans les pays où le badminton est un sport traditionnel, il existe des circuits nationaux, en Espagne, Carolina n’y a presque jamais joué parce que cela n’avait pas de sens [le niveau est trop bas]; elle a dû voyager pour pouvoir jouer sur le circuit international “, explique Anders Thomsen, l’un de ses deux entraîneurs. “En Indonésie, c’est différent. Il y a des années, je suis venue au centre national quelques semaines pour m’entraîner et me perfectionner grâce à l’aide de bons joueurs et de bons partenaires de sparring. Le niveau est très bon et la différence est brutale avec l’Espagne. Ici, je me suis entraînée avec les filles, j’étais meilleure qu’elles mais comme elles étaient beaucoup, nous pouvions faire des rotations. Avec les garçons non, ils me mettent une raclée “, raconte l’espagnole.

Qu’une fille de Huelva âgée de 25 ans soit championne olympique, trois fois championne du monde et quatre fois championne européenne, qu’elle ait renversé l’empire asiatique (La Chine et la Corée sont d’autres formateurs de champions de badminton avec respectivement 41 et 19 médailles olympiques) et qu’elle se soit formée dans un pays sans la tradition du badminton, c’est comparable à un vrai miracle. Elle est devenue championne par le travail, l’entêtement, l’effort, le sacrifice et le dévouement.

“Il n’y a rien de plus que cela, je ne crois pas au talent”, a déclaré l’Espagnole. Comme l’a fait Seve avec Pedreña dans le golf, Carolina a placé Huelva et l’Espagne sur la carte mondiale du badminton. “Je ne me rends pas vraiment compte. Il était impossible d’imaginer quelque tout ça. En fait, je ne savais pas que j’allais me consacrer au badminton, comme je m’y dédie maintenant … cela a commencé comme un passe-temps “, explique-t-elle. La surprise initialement générée dans l’environnement internationale a laissé place à l’admiration. “Où est Marín, où est Marín?”, s’est exclamé un groupe de jeunes athlètes de l’un des clubs que Djarum possède à l’est de la capitale, dès qu’elles se sont rendues compte que celles qui marchaient devant elles étaient espagnoles. “Nous l’aimons tant, pour son esprit de compétition”, disent-elles. “C’est très bien pour le monde du badminton qu’un pays sans tradition comme l’Espagne, ait une championne olympique, c’est la preuve qu’avec du travail on accède au succès “, dit Hadinata assise sur un tabouret.

“La première Coupe du Monde remportée par Carolina [2014] a été son premier grand championnat international. Elle n’avait encore jamais remporté de supersets et les entraîneurs d’autres pays ont fait de nombreux commentaires: “Eh bien, elle a eu de la chance”. En 2015, quand elle a remporté le All England – le Wimbledon du badminton, le tournoi le plus difficile à remporter – et encore la Coupe du monde, les gens ont commencé à dire: “Peut-être que ce n’est pas  que de la chance”. C’était un fait que Carolina était la meilleure. La surprise s’est ensuite transformée en admiration “, a déclaré Anders. Dans l’équipe de Carolina se trouvent, outre ce danois de 35 ans, Fernando Rivas (premier entraîneur), Ernesto García (entraîneur adjoint en charge de l’analyse vidéo), Diego Chapinal, Nacho Sarria et Carlos Santos (kinésithérapeutes), Guillermo Sánchez (entraîneur physique). María Martínez (psychologue) et Ignacio Paramio (attaché de presse).

La “Patronne” de l’Équipe

Le soir, pendant le dîner au restaurant de l’hôtel, l’atmosphère est détendue. On ne parle pas de badminton ni du tournoi. Les analyses viendront ensuite avec l’entraîneur. “Boss, vous ne m’aidez vraiment pas à trouver une petite amie, hein!… Voyons voir si vous me ferez cette faveur” taquine Nacho, le kinésithérapeute. Masseurs et techniciens se relayent à tour de rôle, lors des voyages. Dans les tournois les plus importants – mondial, européen et jeux Olympiques – les deux entraîneurs sont généralement présents. Dans les autres tournois, un seul se déplace, de sorte que le reste de l’équipe de badminton à Madrid ne soit pas seul. Pour tous, Carolina est la patronne. C’est ce qui définit le mieux son personnage battant et sa capacité à exceller.

Les plans sont ajustés, à la volée et en fonction du calendrier du tournoi. L’espagnole ne sait jamais plus de 12 heures à l’avance à quelle heure elle va jouer. Nous sommes mardi 22 et elle s’échappe dans un centre commercial pour y acheter une carte sim, car ils viennent d’annoncer que son premier match n’aura lieu que le lendemain à 9 heures. Elle se réveillera donc à 6 heures (ses séances d’entraînement commencent à 11 heures). Il n’y aura pas de temps pour faire du shopping. Il est temps de s’étirer et d’analyser le jeu de l’adversaire. “Je n’achète généralement pas de cartes sim quand je voyage à l’étranger: j’utilise la wifi de l’hôtel, car à l’extérieur, je préfère me déconnecter et me concentrer sur moi-même. Mais ici, j’en ai besoin pour contrôler le trafic, qui est fou, et pour commander des taxis via une application”, explique-t-elle, allongée sur la civière que le kinésithérapeute a installé dans sa chambre. Pendant une heure et demie de traitement, Caroline est plus détendue : les discussions portent sur des questions telles que la grève des chauffeurs de taxi à Madrid et la manière de flirter sur Tinder.

Les grooms des hôtels lui demandent quotidiennement comment s’est passé son match précédent et s’informe sur sa rivale du lendemain. “Demain on gagne aussi”, sourient-ils. Les serveurs la saluent avec familiarité. L’hôtel possède sa propre équipe de badminton qui se présente dans le hall, ce jour-là, pour prendre une photo avec Carolina. L’hôtel Meliá est l’un de ses sponsors et ils lui demandent une heure pour enregistrer une petite vidéo tout en buvant un jus de gingembre et de carotte. “Je ne me débrouille pas trop mal”, blague t’elle entre deux gorgées. Il est écrit sur son polo : “La chance me sourit” mais tout ne lui sourira pas à Jakarta, où elle a fini par pleurer de douleur, hors combat. Et, maintenant, elle doit s’attaquer à son combat le plus dur, sa remise en forme, apres l’accident.

La Source:
https://elpais.com/deportes/2019/02/03/actualidad/1549212366_356045.html

Tinggalkan Balasan

Alamat email Anda tidak akan dipublikasikan. Ruas yang wajib ditandai *